Inscription à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

* indicates required

Vous êtes : *








Logo French Tech

La French Tech Brest+ 2 ans après

La French Tech Brest+ 2 ans après

French Tech Brest+ existe depuis plus de 2 ans et couvre les agglomérations de Brest, Lannion, Morlaix et Quimper : C’est l’occasion de dresser un 1er bilan des effets de la labellisation. La mobilisation de quelques indicateurs permet d’appréhender l’évolution de l’écosystème numérique à l’Ouest de la Bretagne. Les levées de fonds, la création d’entreprises, l’évolution de l’emploi … sont autant d’éléments qui confirment la dynamique positive enclenchée depuis la labellisation de la French Tech Brest+.

18 184 emplois, soit une progression de 1 544 emplois (+ 9.3%)

Mi-2017, les entreprises de la French Tech Brest+ comptaient 18 184 emplois. Au total, ce sont donc 1 544 emplois en plus par rapport à ceux identifiés lors de la labellisation en 2015. Plusieurs évolutions peuvent expliquer cette progression. Si certains grands groupes enregistrent des hausses significatives de leurs effectifs (notamment dans le secteur banque – assurance), ce sont surtout les petites et moyennes entreprises qui connaissent les principales augmentations du nombre de salariés. La création de nouvelles entreprises contribue également à cette augmentation de l’emploi.

273 entreprises créées

Depuis le début 2015, 273 entreprises ont été créées dans le périmètre French Tech Brest+. Mi-2017, ces nouvelles entreprises emploient un total de 252 personnes. Il s’agit d’emplois salariés qui dans certains cas ne prennent pas en compte les créateurs d’entreprises.

122 millions de levées de fonds en 2017

L’année de la labellisation de la French Tech en 2015 a été marquée par une augmentation des levées de fonds qui se maintenaient précédemment au rythme annuel de 9-15 millions d’euros. En 2015 et 2016, le montant avoisine les 30 millions d’euros annuels.

En 2017, le montant des levées de fonds des entreprises de la French Tech Brest+ a fortement progressé pour dépasser les 120 millions d’euros. A signaler le cas exceptionnel d’Actility, société lannionnaise spécialiste des réseaux IoT, qui a levé plus de la moitié de cette somme.

Dans les autres plus importantes levées constatées sur l’année 2017, on peut citer Ekinops (Fibre optique), Hemarina (BioTech), Oxynov (MedTech), Ndmac (IoT) ou encore Pledg (FinTech). Au total ce sont plus de 20 opérations qui ont été comptabilisées sur l’année.

Les fonds d’amorçage, c’est à dire les levées de fonds dans les 2 premières années d’existence de l’entreprises, concernent des montants généralement moins élevés. Les chiffres sont comparables pour 2015 (0.62 M€) et 2017 (0.64 M€), et plus faibles en 2016 (0.15 M€).

Une dimension thématique et territoriale

L’écosystème French Tech Brest+ a été reconnu comme particulièrement compétent dans 4 des 9 réseaux thématiques retenus au niveau national en juillet 2016 par la mission French Tech:

  • FoodTech : agriculture, agronomie, agroalimentaire, alimentation, restauration
  • Manufacturing Tech : internet des objets, objets connectés, Hardware, impression 3D, robots, drones
  • HealthTech : santé, médecine, biotechnologies, dispositifs médicaux, bien-être, silver économy
  • FinTech : finance, paiement, néo-banque, gestion de l’épargne, trading, robot advisors, crowdlending, crowdfunding, assurance.

La vie de l’écosystème

Au cours de ces 2 dernières années, le paysage numérique ouest breton a également énormément évolue. Le dynamisme et les bons résultats cités précédemment résultent sans doute d’un effet French Tech, mais aussi et surtout d’une vitalité propre à l’écosystème. Investisseurs, accélérateurs, tiers-lieux… les exemples sont nombreux et démontrent d’une vraie ébullition locale. La labellisation French Tech du fonds d’investissements de la West Web Valley constitue forcément une bonne nouvelle pour le territoire, dynamique complétée par l’apparition de nouveaux acteurs sur Brest tels que le Village by CA, The Corner ou encore le prochain incubateur Enstartup qui viennent compléter l’offre existante (Incubateur IMT, Produit en Bretagne, Emergys et accélérateur Ouest Startups). D’autres modèles font également leur apparition, comme la Swenson House ( à Audierne) ou encore le Switch ( à Lannion).

Au-delà des lieux, c’est aussi un maillage d’événements qui s’implantent durablement dans l’écosystème. En complément du Startup Weekend (porté par la Cantine Numérique brestoise) qui a initié la voie depuis 4 ans déjà, ce sont d’autres événements spécifiques qui ont fait leur place, tels le West Web Festival (Carhaix/ université d’été du numérique), le Ticket To Pitch (Roscoff – #FoodTech à Quimper / Rencontres ETI & Startups), mais aussi plusieurs hackathons (Ocean Hackathon, Science Hack Day…) ou journées sectorielles comme Tourisme & Numérique (Lannion).

Signe du dynamisme de l’écosystème, 4 entreprises ont bénéficié du Pass French Tech (dont Apizee à Lannion et Imeon Energy à Brest, en 2017).

Pour lire la note complète réalisée par l’ADEUPA (Novembre 2017)

 

 

Back to top