Inscription à la newsletter

Inscription à la newsletter

* indicates required

Vous êtes : *








Logo French Tech

Nabl et Asamgo : Retour sur le CES 2018 !

Nabl et Asamgo : Retour sur le CES 2018 !

Le CES (Consumer Electronic Show) 2018, grand rendez-vous annuel de l’électronique grand public qui se tient à Las Vegas, a fermé ses portes il y a un peu plus d’un mois. Avec plus de 255.000 m² d’espace d’exposition et 3.900 entreprises exposantes au total, cette 51ème édition a encore battu des records.

La France représentait 7% des entreprises exposantes cette année au salon, toutes catégories confondues dont près d’un tiers des startups présentes dans l’Eureka Park, l’espace qui leur est dédié. Cette forte présence des startups françaises ne doit rien au hasard mais tout à l’expertise française dans les Objets connectés et plus largement dans les DeepTech, qui s’explique par la qualité de la formation des ingénieurs d’une part, des écoles de statistiques et de mathématiques ou encore des designers hexagonaux.

Retour sur ces 4 jours avec les startups Nabl et Asamgo qui ont vécu à l’heure américaine à l’occasion de ce grand show de l’élécronique :

 

> Pour quelles raisons avoir participé au CES cette année et qu’attendiez-vous de votre venue ?

Yannick Namia de la Startup Nabl : Nabl récolte des avis clients à chaud, et les utilise pour améliorer la qualité de service, et le positionnement sur Google et Trip Advisor. Nous récoltons des avis 10 fois plus vite que les acteurs traditionnels. Nos cibles sont les restaurants, coiffeurs, salons de beauté, supermarchés, etc…

Le marché US, le premier en terme de satisfaction client, et premier en terme de nombre de retailers, est donc pour nous une cible naturelle.

2018 était notre première participation au CES. Nous avons la volonté de venir aux US, et c’était pour nous l’occasion de confronter notre produit au marché local, pour nous préparer au mieux.

Nous avons pu valider beaucoup de choses, notamment l’intérêt pour les avis clients, les méthodes de récolte que nous utilisons, et nous avons même signé quelques contrats avec des restaurants et salons de beauté à New-York.

Nous avons eu notre stand par l’intermédiaire de Techstars, que nous remercions grandement pour cette opportunité.

Annick le Bihan de Asamgo : Le marché Américain est le premier marché en terme de piscines privées, c’est donc une destination naturelle pour Asamgo. Notre objectif étant d’être présent sur ce territoire d’ici 2020, nous avons profité du CES pour commencer à étudier ce marché de plus près. Notre objectif était de nous frotter à des américains et de commencer à discuter business avec eux. Nous étions accompagnés d’un Français vivant aux USA depuis plus de 10 ans qui nous a bien aidé lors des contacts. Il s’agit seulement de premiers contacts !

Mais surtout, nous voulions tester le marché et connaitre l’avis des américains sur notre produit. Beaucoup de visiteurs étaient propriétaires de piscine à titre personnel. L’accueil a été très favorable et nous avons compris qu’il y avait plusieurs marchés sur le marché US : On ne gère pas sa piscine de la même manière en Californie, dans le Nevada ou dans l’état de New-York !

Le CES nous a conforté dans notre objectif d’être sur le marché US.

> Quels seraient vos conseils pour les startups qui souhaiteraient s’y rendre pour la 1ère fois l’année prochaine ?

Nabl : Le salon est intense, et les visiteurs passent peu de temps sur chaque stand. Le pitch doit être très clair, et très court. Beaucoup de stand sont très chargés, et le message n’est pas clair. Il faut aller droit au but pour attirer l’attention des passants et Il ne faut pas oublier que le but est de passer quelques minutes avec des visiteurs qui ont le choix parmi des centaines de startups, et non pas d’afficher tous ses arguments commerciaux sur des kakemonos.

En ce qui concerne la préparation, il faut parler anglais parfaitement pour pouvoir faire du business par la suite. C’est une question de crédibilité pour le marché US.

Asamgo : Si nous devions donner un conseil ce serait celui de bien définir ses objectifs. Est-ce que la startup cherche de la notoriété ? Française ? Internationale ? Est-ce qu’elle souhaite un Award ? Est-ce qu’il s’agit plutôt de rencontrer des investisseurs, des distributeurs… ? Cela structurera les actions à mener en préparation du salon et il faut bien s’y prendre plusieurs mois avant !

Dans notre cas, question notoriété, nous avons ciblé la presse régionale et Française. Nous avons participé au CES unveiled à Paris, lieu où les startups du CES sont présentées aux grands groupes de média Français. Nous avons travaillé cet événement avec notre agence de relation presse et avons eu plus d’une centaine de retombées médiatiques dans des titres comme Les Echos, BFM Business, 20 minutes….

Le CES unveiled a aussi lieu à Las Vegas la veille du salon pour ceux qui souhaitent communiquer à l’international. Il ne faut pas compter que sur l’attrait naturel du produit pour avoir de la visibilité média, il faut vraiment travailler pour faire venir les journalistes sur votre stand. Par exemple, nos voisins de stand (des suisses) avaient comme objectif la réussite de leur campagne kickstarter, ils ont super travaillé en amont, ont eu beaucoup beaucoup de médias Nord Américains sur leur stand et leur objectif de campagne Kickstarter a été atteint en moins d’une journée !

 
> Suite à votre participation au CES, quels sont les enjeux et vos attentes sur 2018 ?

Nabl: 2018 va être une grande année pour Nabl. Nous sommes en pleine accélération au niveau commercial, et nous avons aussi une levée de fonds en cours. Nous avancons rapidement à tous les niveaux : commercial, produits, accompagnement de nos clients…

Asamgo : Suite à notre participation, nous avons des contacts très intéressants avec des distributeurs français et internationaux. Nous travaillons sur ces opportunités !

Après deux participations à des salons internationaux de la piscine, notre présence au CES a renforcé notre crédibilité auprès des professionnels du secteur mais aussi auprès des professionnels industriels, R&D, design (nous avons eu deux visites d’Apple !)… Quelque part, nous avons pris de l’envergure.

Maintenant, nous devons produire Ofi et vendre. Ensuite, nous réfléchissons à participer de nouveau au CES en 2019 !

  • D’autres startups de la French Tech Brest+ étaient présentes au CES 2018 dont Apizee. Son interview est à découvrir [ ICI ]

Découvrez l’interview de Yannick Namia de Nabl

 

Back to top