STARTUP DE LA SEMAINE : MARGUERITE & Cie


7 septembre 2020
STARTUP DE LA SEMAINE : MARGUERITE & Cie
Follow by Email
Facebook
Google+
https://frenchtech-brestplus.bzh/startup-de-la-semaine-marguerite-cie
Twitter
LinkedIn

Pourquoi avoir créer des distributeurs de protections hygiéniques ? De quel constat partez-vous ?

L’idée des distributeurs, je l’avais depuis le début mais la procédure de dépôt d’un brevet est “un peu” longue.

J’ai donc lancé mon activité avec la formule d’abonnement solidaire B2C (pour une box vendue, j’en donne une à une association qui vient en aide aux femmes SDF ou en grande précarité). En juillet 2019, mon brevet était déposé.

Toutes ces innovations, je les ai pensées après avoir lu les études de la DGCCRF sur la composition des tampons et des serviettes, en avril 2017. On y a retrouvé des pesticides, des dioxines et des perturbateurs endocriniens. Ça m’a révoltée et j’ai décidé de développer des solutions pour rendre accessibles les produits menstruels bios, respectueux de la santé des femmes et de l’environnement.

Le côté solidaire et lutte contre la précarité menstruelle, je l’avais déjà depuis longtemps : je donnais plus particulièrement des tampons et des serviettes lors des collectes alimentaires par exemple. Parce que, quand on est en situation précaire et qu’on est une femme, avoir ses règles tous les mois constitue une charge difficilement soutenable. À mon sens c’est un réel marqueur de l’inégalité entre les femmes et les hommes.

Vous avez dernièrement lancé des expérimentations avec des collectivités. Pouvez-vous nous en dire plus ?

L’expérimentation avec des collectivités s’inscrit dans cette démarche d’accès gratuit aux produits menstruels.

Notre premier marché a été passé avec la Ville de Paris, en décembre 2019 : Anne Hidalgo avait la volonté de lutter contre la précarité menstruelle au sein des collèges de Paris depuis des mois mais ses services ne trouvaient pas de solution.

Ensuite, face à l’augmentation rapide du nombre d’établissements d’enseignement parmi nos clients, nous avons sollicité une aide financière à la Région Bretagne, au titre de l’innovation sociale.

Au fur et à mesure des discussions autour de cet accompagnement financier, leur rôle dans l’implantation de nos distributeurs dans les lycées de la Région Bretagne leur est apparu comme évident.

Nos distributeurs sont actuellement présents dans 16 universités françaises, une cinquantaine de collèges et lycées et une vingtaine de sites de grands groupes comme la SNCF, Afflelou ou OnePoint.

Nous touchons actuellement 350 000 personnes menstruées !

Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

Les prochaines étapes sont déjà balisées, avec la refonte de notre site, la création d’un nouveau modèle de distributeur, plus petit et le lancement d’une nouvelle offre B2B, avec nos étuis d’accueil pour les chambres d’hôtels.

Enfin, déjà retenus par le gouvernement Suisse pour une expérimentation dans leurs établissements scolaires, nous nous lancerons à l’international avant fin 2020.


En complément


Vidéo et article du Télégramme du 25.08.2020 👇


Retrouvez toutes les informations sur le site internet Marguerite & Cie